24/01/2018

Le vandalisme sur les chantiers de construction en 2017



Les mesures de sécurité adaptables aux chantiers de construction sont multiples et pourtant, les chiffres sur le vandalisme restent inquiétants. C’est un réel fléau pour les acteurs du BTP et les pertes occasionnées atteignent des millions d’euros. Retour sur l’année 2017.

Les multiples formes de ce fléau

A l’évidence, un chantier de construction peut être perçu comme un entrepôt à ciel ouvert. Les vandales y voient l’occasion de se procurer des matériaux comme l’aluminium, le cuivre et les carrelages. Les équipements sanitaires et autres ouvrages considérés comme volumineux n’échappent pas aux vols sur les chantiers. A cela s’ajoutent les incendies qui, bien que relativement rares, occasionnent de lourdes pertes.

Des chiffres alarmants

Selon l’Observatoire National de la Délinquance, 1 000 cambriolages sont perpétrés chaque jour dans l’hexagone et 44% de ces vols touchent les entreprises, et donc tout naturellement les entreprises du BTP.

D’autres études réalisées ont permis d’estimer que :

– 60% des équipements et matériaux ont pu être retrouvés dans les 30 jours suivant la déclaration de perte.
Les objets des méfaits sont généralement localisés sur le marché et font parfois l’objet d’une vente aux enchères ;
– 20% des objets volés sont réduits en pièces détachées avant d’être revendus ;
– 20% des biens déclarés n’ont pu être retrouvés.

Les mesures de sécurité à privilégier

La protection de chantiers reste la meilleure façon de réduire les risques. Comme il existe de nombreuses options, il est recommandé d’élaborer différents scénarios qui aident à déterminer les mesures les plus adéquates.

Il faut déjà sécuriser l’accès au chantier par tous les moyens probants. Pour ce faire, il est indispensable de repérer les zones à risques. La proximité d’un arbre ou d’un poteau peut par exemple pousser les vandales à escalader un mur au lieu de passer par l’accès principal. Du coup, si le mur en question n’est pas sous surveillance, les vols sur les chantiers peuvent se poursuivre, voire empirer.

La dissuasion est possible grâce aux détecteurs et sirènes. Mais ces éléments ne suffisent pas toujours. Le recours à la vidéosurveillance est ainsi une excellente option. Des caméras installées dans des zones stratégiques aident à surveiller les différents accès. En plus de prévenir les dégâts et pertes, cette précaution peut dissuader certains ouvriers malintentionnés à se servir dans le stock. Et bien sûr, les images permettent d’être fixé sur ce qui se passe vraiment, évitant ainsi les fausses alertes.

La télésurveillance est une autre option qui peut s’appliquer à un chantier de construction. Un contrat est signé avec une entreprise spécialisée pour qu’elle se connecte au réseau de sécurité du chantier. Si les alarmes se déclenchent, des mesures sont immédiatement prises. Cette solution est particulièrement judicieuse pour assurer une sécurité 24h/24 et 7j/7.

Evidemment, il n’y a pas de solution standard. Les mesures de protection de chantiers se choisissent au cas par cas. Les assureurs sont de bon conseil. En parallèle, mieux vaut se tourner vers des entreprises spécialisées dans ce type de prestations. En effet, la sécurisation d’un domicile, de bureaux et d’un chantier de construction ne s’effectue pas de la même manière.

Protection électronique de la construction d’une maison de retraite à La Fouillouse (42)

SECURED France, vous accompagne dans la sécurisation de vos chantiers sur la France entière.