04/09/2017

La technologie au service de la sécurité privée



Dans le secteur de la sécurité privée, et notamment celle des chantiers, les professionnels se tournent vers les nouvelles technologies pour proposer toujours plus d’efficacité et de valeurs ajoutée à leurs services.

Les évolutions technologiques impactent considérablement le secteur de la sécurité privée : caméras infra rouge, détecteurs de mouvements, alarmes, centrale GPRS aujourd’hui ;  reconnaissance faciale, algorithmes prédictifs, robots-rondiers, ou encore drones demain…
Une occasion supplémentaire d’améliorer considérablement la qualité de la surveillance pour les professionnels du secteur.

 

L’utilisation de nouvelles technologies pour plus de performance

Si les caméras de télésurveillance et les alarmes ont bien trouvé leurs places sur les chantiers pour lutter contre mes infractions ou les vols, certaines technologies, encore en court de perfectionnement pourront un jour venir appuyer ou remplacer certaines taches du travail de gardiennage et de surveillance.

Loin de remplacer le travail des hommes, ces nouvelles technologies proposent une complémentarité sans égale pour la surveillance de sites isolés ou de chantier. Si aujourd’hui leur utilisation n’est pas encore généralisée, c’est parce que ces nouvelles technologies ne sont pas encore tout à fait à fait au point techniquement ou que des questions sur la protection des données individuelles et la réglementation en vigueur notamment pour la vidéosurveillance restent encore sans réponses.

 

Les drones, les robots-rondiers et les ballons, demain sur les chantiers ?

Les drones autonomes ou pilotés sont une solution technologique intéressante pour le secteur de la sécurisation de chantier.
Autonomes, ils pourraient permettre de gagner en efficacité : moins de caméras pour une vision du lieu tout aussi performante, intervention rapide sur le lieu, surveillance de structure sensible ou encore accompagnement des hommes dans leurs rondes.
Mais l’utilisation des drones se heurtent encore à des problèmes de réglementations, notamment lorsqu’il s’agit de faire voler les drones de nuit, et de coûts, puisque faire voler un drone piloté est une prestation qui reste encore assez cher par rapport à l’utilisation de caméra de vidéosurveillance.

 les drones sont envisagés pour devenir des alliés à la surveillance de chantier. Source : 360v.blogspot.fr

les drones sont envisagés pour devenir des alliés à la surveillance de chantier. Source : 360v.blogspot.fr

Les robots-rondiers, qui ressemblent plus ou moins à ces aspirateurs ou tondeuses autonomes que l’on trouve chez les particuliers, auront aussi un rôle à jouer dans la sécurisation et la protection des chantiers.
Ces machines pourront accompagnées les agents et leur transmettre en temps réel des données tout en assurant leur sécurité. En effet les robots, comme les drones, pourront être envoyés en premier sur les zones de détection d’une anomalie et fournir des informations, telles que la confirmation d’une intrusion, sans exposer les gardiens à un danger, dans le cas où l’intrus serait armé par exemple.

les robots rondiers, un allié pour la protection des sites

les robots rondiers, un allié pour la protection des sites

Les ballons captifs représentent une bonne alternative aux drones, en particulier lorsqu’il s’agit de surveillance de longue durée, pouvant aller jusqu’à un mois. Mais ceux-ci doivent être encore améliorés pour résister aux intempéries et aux vents, souvent important dans des exploitations agricoles ou ostréicoles.

les ballons stationnaires, des solutions plus performantes pour des gardiennages longues durées. Source : atheliaentreprendre.fr

les ballons stationnaires, des solutions plus performantes pour des gardiennages longues durées. Source : atheliaentreprendre.fr

Une évolution des métiers de la surveillance

Les technologies ont déjà fortement impacté les métiers du secteur de la sécurité privé, avec l’apparition notamment du métier de  téléopérateur qui n’existait pas avant l’utilisation généralisée des caméras de surveillance sur les chantiers et les sites isolés. Les métiers de la surveillance privée évoluent donc vers des professions plus qualifiées, et donc mieux payées. Les missions des agents de sécurités vont être modifiées pour laissées aux machines les taches sans valeur ajoutée et chronophages telles que les rondes et se concentrées sur celles demandant réflexion et analyse. En effet, si certains craignent une réduction des emplois du secteur liée à l’utilisation des technologies, il n’en est rein. L’homme sera toujours nécessaire pour effectuer rapidement les levées de doute, organiser les rondes et déployer des équipes sur le terrain.

 

Vers une alliance entre homme et machine efficace pour la sécurité des sites

Ces nouvelles technologies permettent désormais de proposer aux clients des solutions plus optimales, actives 24h/24, 7jours/7.

Les services proposés ont alors une plus forte valeur ajoutée grâce à l’utilisation combinée des hommes et de la machine (enregistrement des vidéos des infractions, transmission d’information en temps réel,  intervention plus rapide, sécurité des agents …).

Ainsi, si les nouvelles technologies évoquées précédemment se généralisent sur les chantiers, si d’autres apparaissent, les professionnelles de la sécurité pourront continuer à améliorer leur offre de services et d’optimiser leur gestion sur le terrain : réduction des effectifs, du temps de réaction. Un changement profitable pour les professionnels du secteur de la sécurité, comme pour les clients.